[by Timm Suess - CC-BY-SA]

Introduction

Malgré la poubelle qu'est devenue la télévision publique & privée, il reste quelques chaînes de qualité. Oui, c'est vrai, elles se comptent sur les doigts d'une main. Ainsi, certains programmes des chaînes Arte, France 5 et LCP sont passionnants. Je vous avais parlé, il y a peu, de La face cachée du Pétrole sur Arte. Un autre documentaire avait attiré mon attention sur LCP, celui sur la résistance des Palestiniens creusant des tunnels pour survivre face au blocus israëlien. Cette fois, il s'agit d'un documentaire sur la catastrophe de Tchernobyl.

La catastrophe

Attrapé en cours de diffusion, je n'ai pu visionner qu'une partie mais qui s'avérait très intéressante. Le  26 avril 1986, le réacteur n°4 de la centrale de Tchernobyl (dite aussi Lénine) en Ukraine explose provoquant un incendie,  la fusion de l'uranium et un dégagement exponentiel de radioactivité dans l'environnement.

Les liquidateurs

Sur le toit de la centrale qui s'écroule alors sur le réacteur, s'amoncellent des tas de débris radioactifs . Il est urgent de libérer ce matériau avant de fermer hermétiquement la centrale. Des robots sont placés sur le toit pour dégager ces gravats mais la radioactivité trop importante "brûle" les circuits imprimés laissant ces robots inertes. Il n'est alors pas possible de ne pas utiliser des hommes qui seront appelés pour l'occasion les bio-robots. armée d'une armure au plomb dérisoire. Ces liquidateurs alourdis de 26 kg ne disposent que de 90 secondes, une fois sur le toit, pour dégager les débris. Deux pelletés jetées dans le vide et ils doivent déjà laisser la place aux suivants. 600 000 liquidateurs se sacrifieront ainsi pour nettoyer le site. Beaucoup mourront ou vivront comme des vieillards dès la quarantaine en attendant que la mort les saisisse.

Les liquidateurs (Chernobyl Disaster) - Extrait (en)

Le sarcophage

Le matériau radioactif dégagé, il est possible de construire ensuite le sarcophage, allégorie de leur propre tombeau funéraire face à cette mort invisible. D'une durée de vie de 30 ans, le sarcophage subit l'érosion : l'eau continue à s'infiltrer dans le sarcophage et à empoisonner la nappe phréatique. Le prochain sarcophage, une arche à proprement parlé, d'un montant d'un milliard de dollars, devrait apparaître dans la décennie.

[by Timm Suess - CC-BY-SA]

L'expulsion

L'expulsion de la population environnante (Pripyat) ne débutera que le lendemain de la catastrophe. Des dizaines de milliers de personnes devront partir précipitamment avec une promesse de retour dans les 3 jours. Bien sûr, ils ne reviendront jamais. Dans le documentaire, un père et sa fille reviennent sur les lieux, plus précisément dans leur ancien appartement pour rattacher des émotions à ce qui bouleversa leur vie à jamais.

Les monstres

Un docteur s'intéressa particulièrement à la catastrophe de Tchernobyl. Ce qui lui coûta 5 ans de prisons dans les geôles russes. Tel Frankenstein, il créa de véritables monstres à partir d'une portée de hamster dont la mère avait été nourrie d'une faune radioactive, dans le but de révéler les conséquences gravissimes sur les mammifères. L'image du documentaire montre d'abord des embryons hamster monstrueux dépourvus d'yeux et à la bouche déformée avant de montrer des enfants sans membres, aux déformations génétiques et protubérances diverses. L'image se passe de commentaires.

La propagande

Outre la minimisation, c'est-à-dire le mensonge, des pertes humaines par l'U.R.S.S, les pays européens jouèrent un rôle important dans la propagande médiatique sur la non-gravité de la situation. Le ministère de la Santé français déclara à l'époque que le nuage radioactif s'arrêta à la frontière pour cause de vents contraires. Les pays européens mentirent sur l'ampleur de l'expansion de la radioactivité tant il était crucial de préserver les intérêts économiques de l'énergie nucléaire.

Demain

Qu'a-t-on appris aujourd'hui de cette catastrophe ? Sans aucun doute une sécurité accrue des centrales nucléaires. Mais la multiplicité des incidents et accidents nucléaires que matérialise l'échelle internationale des évènements nucléaires (INES) allant de 0 à 7, n'est guère rassurante. Tout comme la prolifération des centrales à travers le monde, multipliant le risque d'une erreur humaine. Quelle est la solution face à la fission nucléaire ? La réponse est déjà toute trouvée : la fusion nucléaire. Le projet ITER va en tout cas dans ce sens...

[by Timm Suess - CC-BY-SA]

Rediffusions

Si vous souhaitez visionner La Bataille de Tchernobyl (Chernobyl Disaster), le documentaire est rediffusé sur LCP tout le mois de septembre (canal FreeBox 13) et LCP 24/24 (canal FreeBox 90) aux dates suivantes :

  • LCP : vendredi 17 septembre 2010 à 23h55
  • 24/24 : samedi 18 septembre 2010 à 00h00
  • LCP : samedi 18 septembre 2010 à 19h25
  • 24/24 : samedi 18 septembre 2010 à 19h30
  • LCP : dimanche 26 septembre 2010 à 14h30
  • 24/24 : dimanche 26 septembre 2010 à 14h30

Poursuivre votre lecture sur le site