Cela n'aura échappé à personne : la popularité du chef de l'Etat est au plus bas et il est devenu urgent de ressortir les vieux outils électoraux qui ont fait le succès de la Droite naguère. Désigner un bouc émissaire responsable des maux de la France permet de jouer sur le fameux thème de l'insécurité tout en tentant de déstabiliser la Gauche et de récupérer les électeurs qui ont préféré une Droite plus extrême aux dernières élections (encore qu'il est désormais de plus en plus difficile de différencier ces deux partis). Ce coup politique sur les Roms s'avère être qu'un nouveau moyen désespéré de la Droite pour détourner l'attention des français et des médias sur des affaires beaucoup plus gênantes (comme l'affaire Woerth) ou sur les vrais problèmes des français (chômage, pouvoir d'achat, pauvreté, exclusion...). Cet énième coup de com', laquelle est devenue la seule triste réalité de la vie politique française n'a pas vraiment engendré les effets escomptés, malgré l'aide de TF1, champion toutes catégories de la désinformation partisane.

Après la déchéance de la nationalité des étrangers, le gouvernement a décidé d'expulser les Roms en situation irrégulière en...Roumanie. L'excellent texte de Maître Eolas vous renseignera, au besoin, sur l'origine de ce peuple tout en mettant à mal les nombreux amalgames et fantasmes dont ils sont l'objet. Malheureusement pour Heurtefeux et Sarkozy, ce coup politique est un échec total. Si la Droite a récupéré certains électeurs partis très à Droite, séduits par ce discours sécuritaire et xénophobe dont l'application est illégale (et condamnée par les institutions et textes européens), elle a perdu une partie de ses électeurs catho depuis les réactions de l'Eglise catholique. D'autres commencent à ne pas être dupes sur l'argument électoraliste dit "de trop" ou sur un Eric Besson qui se scandalise "Et vous en avez qui se contentent - si je puis dire - d'occuper illégalement des terrains, ce qui doit être poursuivi en démocratie" alors que les maires (donc l'Etat) ne respectent pas la loi Louis Besson qui impose aux communes de plus de 5000 habitants d'installer des aires d'accueil. Après une loi sur la burka, une loi sur les Roms, le grand débat sur l'identité nationale et les nombreuses expulsions dont se gargarisaient Heurtefeux et maintenant Besson, on peut assurément dire que la création de ce ministère n'aura servi qu'à instrumentaliser les français et la vie politique. La seule bonne nouvelle étant que notre Président perde pied et s'enfonce dans ses propres immondices.

Poursuivre votre lecture sur le site