Ubisoft a décidé de sortir un nouveau DRM pour la sortie d'Assassin's Creed 2 (et Silen Hunter 5). Au menu, une connexion Internet permanente obligatoire permettant de se débarasser de ces vils pirates. IL y avait de l'idée tout de même : authentification sur les serveurs UBI au lancement du jeu, mise en pause du jeu en cas de déconnexion Internet, sauvegardes online sur les serveurs Ubisoft, téléchargement des parties manquantes en cours du jeu. Mais des attaques DDOS ont été lancées sur les serveurs, empêchant ainsi les honnêtes joueurs de jouer. Ubisoft avec ce nouveau DRM n'a pas simplement voulu combattre la scène warez. Via une connexion permanente aux serveurs UBI, son DRM permet de récupérer pleins d'infos personnelles : Ubisoft peut ainsi créer un profil très poussé du joueur et connaît en temps réel son avancée dans le jeu pour lui proposer du contenu additionnel au moment opportun !

Quoi qu'il en soit, les "pirates" ont réussi au bout d'un mois à cracker AC2. Cela leur a pris un peu plus de temps qu'habituellement, car il fallait émuler un serveur en faisant croire que l'on se connectait sur les vrais serveurs Ubisoft alors que la connexion se faisait localement. Comme d'habitude, ce sont les honnêtes joueurs qui sont lésés : la version hackée permet de se passer de la connexion Internet obligatoire et apporte une véritable valeur ajoutée. En d'autres termes, l'acheteur d'AC2 pourrait ne pas lancer son jeu, ne pas sauvegarder (Ubisoft a sorti depuis un patch permettant les sauvegardes offline), ne pas jouer (jeu en pause) alors que le pirate pourra se passer de tous ces problèmes facilement. A l'instar des rip de DVD où la version copiée et diffusée permet d'éviter de se taper la pub et les messages obligatoires que doit supporter chaque acheteur. Il faut apporter une valeur ajoutée par rapport à l'offre illégale plutôt que de dégouter ceux qui veulent encore acheter des oeuvres culturelles.

Poursuivre votre lecture sur le site