A l'occasion de la sortie de son nouvel album Black Swans and Wormhole Wizards (2010), Joe Satriani est passé par Paris à la Cigale. La salle est à l'image de Satriani : pas très grande mais une qualité sonore très appréciable. Au 4ème rang dans la fosse, j'ai pu profiter pleinement du jeu de Satriani et de ses acolytes (Jeff Campitelli à la batterie, Allen Whitman à la basse, Mike Keneally au clavier et Galen Henson à la rythmique).

C'est assez jouissif d'être en osmose dans la "fosse" avec le groupe qui s'éclate sur scène tout en ressentant dans ses tripes le phrasé de Satriani. Seuls deux bémols ont entâché ce concert : le public dans la fosse composé de statues pendant les 4/5ème du concert (d'une durée de 2h15 à la louche) et surtout la débilité profonde de ceux qui ne peuvent s'empêcher de vivre leur concert à travers leur iPhone les bras en l'air figés histoire de bien gâcher le concert des autres. Qu'ils décident de gâcher leur plaisir de vivre leur concert (cela marche également dans un musée) ne m'importe que peu par rapport au fait de gâcher mon propre plaisir. Malgré cela, j'ai vécu un très bon concert dans une salle intimiste profitant d'une belle acoustique. Je recommande donc chaudement !

Poursuivre votre lecture sur le site