[by wikimania2009 - CC-BY]

Lire la première partie de l'article

La liberté ou mourir

Certains freins demeurent à l'utilisation de logiciels libres. On pourrait préférer utiliser des logiciels non libres car plus avancés technologiquement. Moi-même, je n'ai pas encore migrer vers une distrib' GNU/Linux en raison de certaines applis et de certains jeux. De ce point de vue, le dual-boot peut être une bonne solution, même si c'est loin d'être la meilleure. Bref, Stallman répond à ceux qui préfèrent les logiciels privateurs plus avancés ceci :

"Je pense que la liberté est plus importante que les avancées technologiques. Je choisirai toujours un logiciel libre moins avancé du point de vue technologique à un logiciel non libre plus avancé parce ça ne vaudrait pas que je renonce à ma liberté. Je m’en tiens à cette règle : je ne prends rien que je ne puisse partager."

On saura apprécier l'importance de l'éthique et l'aspect politique que prend la tournure de chacune de ses phrases. Que peut-on sacrifier au nom de la Liberté ? Pour Stallman, rien ne prévaut la Liberté ; elle constitue une finalité en soi, toute autre chose ne peut lui être que tributaire. Par ailleurs, on remarque que les licences privatives n'incluent généralement qu'une licence d'utilisation. De ce fait, on envoie des gens en prison ou on leur fait payer plusieurs dizaines de milliers de dollars pour les empêcher simplement de partager une oeuvre.

Le projet GNU et Linux

La GNU GPL est la Licence Publique Générale GNU. La version 1.0 apparaît en 1989 et incarne déjà le véritable contre-courant face au copyright, en amenant la notion ironique decopyleft. Le copyleft ou la GPL permet ainsi d'utiliser, de copier, d'étudier et de redistribuer une oeuvre en préservant ces quatre libertés. Grâce au projet GNU, tous les éléments d'un OS libre sont constitués exceptée la présence du noyau. Linus Torvalds, étudiant finlandais décide sur son temps libre de s'inspirer du noyau MINIX (clone pédagogique d'UNIX) et sort le noyau Linux 0.01 en 1991 ; des milliers de développeurs ont fait évoluer le noyau vers la version 2.6.32 à ce jour. Après plusieurs hésitations, Linus finit par publier le noyau Linux sous licence GPL. Le système d'exploitation GNU/Linux est alors né. Avant la création de Linux, le projet Hurd (basé sur le micro-noyau Mach) était en cours de développement mais les nombreuses difficultés liées entre autres aux "erreurs temporelles" ont retardé sa sortie. Linus Torvalds a déclaré que si Hurd était sorti, il n'aurait jamais pris la peine de développer le noyau Linux.

A l'époque, en 1993, mais c'est toujours le cas aujourd'hui, tout le monde préfère évoquer le terme "Linux" pour parler de l'OS : tout le travail effectué par le projet GNU est alors non reconnu. Linus Torvalds usurpe alors d'une certain façon le travail de longue haleine effectué par Stallman, au point que les utilisateurs de GNU/Linux prennent Linus Torvalds comme modèle. Une grande confusion naît alors et des dizaines de distribution différentes basée sur GNU/Linux sortent, beaucoup sans respecter les principes du logiciel libre.

Ian Murduck décide alors de sortir sa propre distribution en 1993 sous le nom GNU/Linux Debian (contraction de "Ian" et de "Deborah", sa femme) tout en redonner de l'importance à l'association à but non lucratif de Stallman : la FSF (Free Software Fondation). La distribution naît ainsi de la volonté de recoller à l'éthique du logiciel libre, dimension important que trop peu pour Linus Torvalds. Ainsi, pour faire perdurer les valeurs du Logiciel Libre, la distribution Debian s'axe sur trois piliers : un contrat social, les principes du Logiciel Libre et une constitution.

Logiciel libre Vs Open source

stallman_god.jpg

Stallman, guru [by nicoBZH - CC-BY-SA]

Il existe deux camps qui s'affrontent au sein de la communauté "libre". Le premier est celui du "Logiciel Libre"  de Stallman qui prône la liberté avant toute chose. On a vu que pour ce camp il était préférable d'utiliser un logiciel libre moins avancé qu'un logiciel privateur plus avancé technologiquement, car la liberté prévaut sur le reste. Le second camp est l'Open source où on ne rechignera pas à utiliser un logiciel privateur : seules comptent la qualité même du logiciel, indépendamment du caractère politique associé à la notion de Liberté. Les sources accessibles et la contribution de la communauté ne sont qu'un moyen de pouvoir faire évoluer le logiciel rapidement. Ainsi, ce sont deux générations qui s'affrontent : celle de Richard Stallman (vision idéologique) et celle de Linus Torvalds (vision pragmatique).

Verdict

La bataille pour le logiciel libre est avant tout idéologique. Elle milite pour une totale liberté de l'utilisateur face au dictat des sociétés dites privatrices. Opter pour un format libre, c'est avoir la liberté de lire ce format sur n'importe quel support sans devoir à aucun moment être tributaire d'une solution logicielle donnée. Choisir d'enregistrer un document sous le format libre OpenDocument, c'est laisser la liberté aux autres de pouvoir lire un document depuis leur outil de traitement de texte préféré. Dans mon contexte professionnel, on m'a récemment envoyé une réponse à un appel d'offre au format .docx (word 2007) ; il n'y a rien de plus pénible que d'imposer au destinataire un format fermé et d'obliger le destinataire à le lire d'une manière ou d'une autre (application d'un patch en l'occurrence).

En étant enfermé dans une logique propriétaire, on n'a pas forcément conscience des limites que cela implique. Ce n'est qu'en commençant à utiliser un autre OS ou logiciel qu'on prend conscience du problème. Idéalement, l'OS ou le logiciel doit laisser une totale liberté d'utilisation : un lecteur audio doit pouvoir lire n'importe quel format audio ouvert, ne doit pas imposer un logiciel pour transférer les données. Sur ce point-là, Microsoft se ne différence aucunement d'Apple. Si Apple connaît le succès que l'on connaît aujourd'hui, c'est simplement en appliquant la logique commerciale de la firme de Redmond : solution logicielle complètement verrouillée, licence fermée et campagne marketing ) à grande échelle..

Stallman, 25 ans auparavant, a compris cela. C'est devenu le combat de toute une vie : lutter contre les logiciels propriétaires pour libérer les utilisateurs. On comprend aisément en quoi ce message politique possède un caractère révolutionnaire. Pour que le message de Stallman soit entendu et surtout compris, il faut faire réagir les utilisateurs. Pourquoi devrais-je utiliser le client IM Windows Live Messenger pour discuter avec mes amis ? Pourquoi devrais-je utiliser Word 2007 pour lire un document .docx ? Utiliser un logiciel neutre, c'est avant tout respecter le choix d'autrui. Mais le libre ne réussira qu'en faisant le pari d'éduquer les utilisateurs en leur faisant prendre conscience des conséquences liées à l'utilisation d'un logiciel privateur, et non en imposant le libre parce qu'il est forcément plus abouti techniquement parlant.

Bref, il y a encore beaucoup de travail, mais l'essor des logiciels libres tels que Firefox ou OpenOffice.Org est plutôt encourageant.

stallman_portrait.jpg

[by nicoBZH - CC-BY]

Lire la Biographie de Stallman

Si le personnage de Richard Stallman vous intéresse, je vous recommande la lecture de sa biographie autorisée :

Poursuivre votre lecture sur le site