sarkozy_europe_hadopi.jpg

Passage en force

Nicolas Sarkozy, président intérimaire de la France et de l'Europe accepte rarement que l'on puisse s'opposer à lui. L'omniprésident dirigeant à lui tout seul la France ne peut accepter que le projet de loi Hadopi lui échappe de façon démocratique.

88% des eurodéputés avaient jugé que l'on pouvait atteindre aux libertés fondamentales que dans le cadre judiciaire : amendement rendant la future loi anti-piratage caduque.

Sarko a ainsi pris la peine d'écrire une lettre à José Manuel Barroso (actuel président de la Commission Européenne) afin de supprimer le dit-amendement 138 du Paquet Télécom.

Réactions

guy_bono.jpg

Guy Bono, co-auteur de l'amendement avec Daniel Cohn-Bendit, n'a guère attendu longtemps en se montrant virulent face à Nicolas Sarkozy :

Si Sarkozy a ses habitudes de monarque en France, l'Europe n'est pas son royaume ! (...) Sarkozy va une nouvelle fois à l'encontre de la démocratie (...) Je redéposerai moi-même l'amendement 138 en deuxième lecture dans tous les cas.

barosso_europe.jpg

Barroso, destinataire de la lettre de Sarkozy, répond par lettre ouverte en une fin de non-recevoir (refus catégorique et définitif) :

Du point de vue de la Commission, cet amendement est un rappel important des principes clés juridiques, inhérents à l'ordre juridique de l'Union européenne, particulièrement quant aux droits fondamentaux des citoyens.

L'amendement est ainsi renvoyé au Conseil de l'Union européenne et ridiculise cette basse manœuvre politicienne. C'est un comble pour un Président de l'Europe, représentant donc celle-ci, de se faire aussi vivement rappeler à l'ordre pour non-respect du principe de co-décision (la décision du président de l'Europe ne doit pas s'imposer par rapport aux 26 autres pays) et du non-respect des libertés fondamentales citoyennes.

Ceci risque de fort contrarier notre chère Ministre de la Culture quant à sa volonté de précipiter l'adoption de la Loi Hadopi afin de servir les intérêts qui lui sont propres, ou plutôt ceux des majors, à travers le fort lobbying exercé par ces mêmes personnes.

Fin de la loi Hadopi = Adoption de la Licence Globale ?

Personnellement, je pense que la Loi ne pourra pas passer en vue des résistances européennes (malgré une possible promotion des médias partageant l'amitié de Sarkozy). Cependant, les maisons de disque n'accepteront pas de voir un tel manque à gagner perdurer : la voie légale répressive (couper le net aux personnes n'ayant pu sécuriser leur ligne pour les pousser à acheter des cds légalement) ne fonctionnant pas, ils se tourneront vers le seul moyen rémunérateur "breveté", spécialité "oh connue" de l'État français : la taxe, à travers la licence globale. Il s'agira alors de taxer le forfait Internet à hauteur de 5 ou 7 euros pour rapporter quelques dizaines de milliards d'euros aux majors.

Longtemps combattue par Pascal Nègre, PDG d'Universal, l'idée de la licence globale pourrait revenir au goût du jour. Le site Numerama relate les nouvelles paroles du lobby du disque :

Si on en arrive [à envisager la licence globale], cela voudra dire qu'on n'a pas réussi à créer un véritable modèle économique" (..) "pour la musique ça ira encore"(...) "Avec une taxe de 10 milliards d'euros par an on arrive à 6 ou 7 euros par mois par abonné"(...) "Mais que fait on du cinéma, qui connaît le même problème ? Pour le financer il faudra doubler le prix des abonnements Internet. Je ne crois pas que les abonnés seront d'accord.

En effet, cela m'étonnerait que les abonnés acceptent de payer le double du prix de leur abonnement Internet pour servir les intérêts des actionnaires d'une maison de disque. Rappelons qu'Universal a connu une progression de son CA de +17.7% au premier semestre 2008.

Pourquoi dans ce monde le peuple doit-il payer pour une entreprise qui n'a pas su s'adapter à son environnement ?

Dans ce contexte de crise économique (qui n'est pas prête de se terminer malgré les "tout va très bien Madame la Marquise" de notre Ministre de l'Economie, Mme Lagarde) où l'on a pas fini de devoir payer (le plus gros de la Crise semble devant nous...), on se demande si un jour l'homme politique fera passer les intérêts de la Nation devant ses propres intérêts.

pascal_negre_star_academie.jpg

Photo : Pascal Nègre

Source

PC INpact : Riposte graduée : bide européen pour Nicolas Sarkozy

Poursuivre votre lecture sur le site